Batman Ninja: Why so serious !?

Attention, attention ! Pour le visionnage de ce film, il est important d’éteindre son cerveau.

Ce Batman Ninja, réalisé par le japonais Junpei Mizusaki, est un film d’animation sorti le 24 avril dernier aux USA en version numérique et disponible depuis le 8 mai au format physique dans nos contrées.

Je suis un grand fan de DC Comics, et plus particulièrement de Batman et de son ennemi de toujours: Le Joker. Quand j’ai appris l’existence de ce film d’animation, il était de mon devoir de le visionner au plus vite. Après les 85 minutes du métrage, j’avoue que mon sentiment est un peu mitigé… mais j’ai connu pire.

De quoi ça parle :

Lors d’un combat avec Gorilla Grodd, notre chauve-souris préférée est projetée via une machine temporelle dans le Japon féodal. Sur place, il apprend que certains criminels de Gotham sont devenus des Daimyo (seigneurs) menés par un certain… Lord Joker.

La trame de l’histoire est bien pensée et originale, mais il ne fallait pas s’attendre à un chef d’oeuvre. Toutefois on peut remercier DC d’avoir pensé aux fans de l’univers Batman, car en cette période cinématographique où Marvel domine outrageusement, tout est bon à prendre. Surtout après l’échec critique de Suicide Squad.

Batman No Jutsu

Un des gros problèmes de l’oeuvre réside dans le fait que tous les personnages ne jouent pas dans la même catégorie. Commençons par Batman, c’est paradoxalement celui que j’ai trouvé le plus fade. En mode «je suis le plus beau et le meilleur», avec un égo surdimensionné. Le chevalier noir fait peine à voir. Pour son rival de toujours, c’est tout le contraire. Son charisme et son humour dominent largement, et comme à son habitude, il nous emporte dans sa folie. Petite mention à Harley Quinn, qui est particulièrement bien mise en avant et profite d’un design réussi. Sa confrontation avec Catwoman vaut vraiment le coup d’oeil et se révèle épique !

Concernant les autres antagonistes: Poison Ivy, Double face, le Pingouin, Deathstroke et compagnie sont malheureusement trop peu mis en avant pour se démarquer. Sans parler des alliés de la chauve-souris… qui ne font que figuration.

Concernant les doublages, c’est la version française que j’ai décidé de visionner. Si Marc Saez, doubleur du Joker dans The Killing Joke (film que j’ai beaucoup apprécié) ne s’en sort pas trop mal. La voix de Batman est, quand à elle, vraiment de mauvais goût. Figurez-vous que la voix du chevalier noir est celle d’Emmanuel Jacomy, comédien qui incarne Batman depuis 2016 mais surtout Superman depuis bientôt dix ans. Catwoman, elle, est à nouveau incarnée par Françoise Cadol (célèbre pour son travail dans les premières aventures de Lara Croft) et Harley Quinn profite toujours de la douce voix de Kelvine Dumour.

L’une des plus belles surprises du métrage nous est proposée par Takashi Okazaki, character designer du film. Déjà très remarqué pour son travail dans Afro Samourai (2007), le japonais a remis le couvert pour ce Batman Ninja. La direction artistique, tout en cel-shading est vraiment magnifique ! C’est beau, c’est propre ! Notamment dans une scène très poétique que je vous laisserai découvrir. Et que dire du combat final ? Tant il est à couper le souffle…

En conclusion, malgré ses défauts cités plus haut, ce film d’animation est fun, délirant, décalé, surprenant, dynamique et on ne s’ennuie que très rarement. Réalisation japonaise oblige, il est riche en références mangas. Les amoureux de japanimation seront comblés et, après tout, un film DC Comics ça ne se refuse pas.

Gilles fait son cinéma.

Illustrations: © Warner Bros Animation, DC Entertainement. 

One reply on “Batman Ninja: Why so serious !?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *