Sense8 : « Amor Vincit Omnia », vraiment ?

Vendredi dernier, Netflix ajoutait l’ultime épisode de Sense8 à son catalogue. Les plus pressés d’entres nous se seront jetés dessus au plus vite alors que d’autres, moins impatients, auront préférés – voire préfèrent encore – attendre quelques temps.

 

 

Avant de continuer, un rappel des événements liés à cet épisode final nous semble obligatoire.

  • Le 5 mai 2017, Netflix ajoutait l’intégralité de la saison 2 de Sense8 à son catalogue.
  • En juin 2017, Netflix annulait ses projets de saison 3 alors que la série était signée pour 5 saisons. Onde de choc chez les afficionados de la série. #RenewSense8 fit le buzz sur le Net au sein d’une communauté de fan déchirée et triste.
  • Une dizaine de jours plus tard, Netflix prenait parole et expliquait que les raisons de cette annulation étaient financières. Difficile de douter des coûts de productions des épisodes vu l’ampleur des lieux de tournages et du casting. Chapitre clôt ? Pas vraiment.
  • Fin juin, Netflix annonçait avoir pris note de la déception et de la colère des fans. Sans pour autant produire les 5 saisons prévues, Netflix donnait son feu vert pour la production d’un dernier et ultime épisode d’environ 2h, répondant ainsi aux demandes de Lana Wachowski. Sans pour autant apporter toutes les réponses aux interrogations des fans, ce dernier épisode permettra au moins de terminer la série d’une manière moins brutale.
  • En août 2017, le site pornographique xHamster proposait aux sœurs Wachowski de financer la production de la saison 3 de Sense8. Cette proposition, de prime abord, surprenante a eu le mérite de faire parler d’elle tout en relançant les interrogations liées à l’annulation de la série. Même si des discussions ont eu lieu entre les différentes parties, le projet n’a pas abouti. Pour le mieux, peut-être ?

 

L’annonce d’un ultime épisode a ravi et satisfait les fans. Pourquoi ? Les raisons sont simples :

  • De nombreuses portes furent ouvertes et plusieurs questions restèrent en suspens (notamment autour du concept même de l’Homo Sensorium).
  • Il y a toujours eu dans Sense8 une volonté de s’ancrer dans une réalité sociale tout en manifestant une morale forte et actuelle. Deux rapides exemples : les problématiques d’eau à Nairobi ou encore les soucis d’homophobies du Mexique. Aussi, le climat mondial actuel pouvait offrir un épisode intéressant et ambitieux.
  • Finalement, l’épisode final de la saison 2 se clôturait sur un cliffhanger et nous laissait plein de questions en tête.

Cela étant dit, il faut reconnaître que la saison 2 avait ses faiblesses. Par exemple : les personnages très stéréotypés et linéaires de Whispers ou Lila. Notons aussi quelques raccourcis dans le scénario.

Néanmoins, la majorité des spectateurs s’accordait à dire que la série était dotée d’une grâce intangible et ineffable et que l’orchestration des scènes de combats, de danse ou de musique (les plans, le montage et la photo) justifiaient à elles-seules l’entier de la série.

 

 

Bien sûr, nous pourrions détailler les points négatifs de cet épisode et vous parler de certains clichés qui nous sont servis (Lito avec sa baguette de pain et son béret qui se ballade dans Paris… cela étant dit, Paris sera une fête durant les 30 dernières minutes de l’épisode et brillera de ses plus beaux feux – au point de surprendre les riverains lors du tournage de l’épisode) mais pour être tout à fait honnête : ce sont les mêmes petites choses qui nous ont gênées dans la saison 2, il n’est donc pas utile de nous y attarder plus que de raisons puisque nous en avons déjà pris acte. Passons donc aux éléments positifs qui ont rythmés cet épisode (et la série).

 

La première agréable surprise vient de la durée de l’épisode: 2h30 alors que nous nous attendions à un épisode de 2h. Nous gagnons 30 minutes par rapport à ce que Netflix avait initialement annoncé.

 

Des réponses à nos questions ?

Cela dit, est-ce que ce temps sera suffisant pour nous apporter les réponses que nous attendons ? La réponse est, malheureusement, non.

Nous sommes en droit de nous interpeller et de ressentir une certaine frustration car, après tout, nous aurions voulu comprendre et avoir toutes les réponses à nos questions. Mais, en prenant du recul, nous en viendrons aussi à nous demander « Est-ce vraiment si grave que je n’ai pas eu réponse à cela ? ». Hé bien, non, justement, ce n’est pas grave. Pourquoi ?

Sans doute parce que les Wachowski nous ont depuis toujours habitués aux ellipses et qu’au final, Sense8 n’a jamais eu qu’un seul et unique but : celui de prôner le plaisir et la liberté sous toutes leurs formes et par tous les moyens.

C’est exactement de cela dont il sera avant tout question dans ce dernier épisode : la liberté et le plaisir. Mais, qu’en advient-il de cet « Amor Vincit Omnia » ? L’amour est-il vraiment vainqueur ? Ma réponse est un gigantesque et résonnant OUI !

 

Liberté, amour et émotions à tout prix ?

Nous évoquions plus haut le rôle social de la série. Il en va de même pour sa vision de la sexualité et de l’amour : ceux-ci se doivent d’être libertaires et rempli de sensations (voire même d’émotions).

Les situations que nous avions imaginées prennent une tournure inattendue, par exemple, nous assistons ainsi à la création d’un trouple, à des rapports homosexuels, lesbiens ou encore transgenres. Les sœurs Wachowski veulent célèbrer une sexualité qui se veut à l’image de la vie et des émotions. Une sorte de joyeux pêle-mêle de genres et de goûts – comme un heureux bordel, débordant d’énergie et rempli d’humanité.

Bien entendu, il est plus simple de parler des scènes de rapports sexuels d’abord, mais il ne faut pas oublier les détails apportés aux scènes de danse, les échanges et les émotions qui se partagent et s’échangent entre certains protagonistes où encore, le détail apporté à la bande-son de la série.

Ce sont dans tous ces détails, dans tous ces instants fugaces qui sont le sel de la vie, que réside cette grâce dont je vous parlais plus tôt. Et c’est justement pour elle, et par elle, que cette série est nécessaire à notre époque.

 

Pour clore cet article, je vous laisserai avec, selon moi, la plus belle scène de cet épisode (et qui s’avère être une illustration parfaite des forces de la série : la transmission et le partage d’émotion).

 

 

© Illustrations et vidéos: Netflix

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *